En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou d’autres traceurs notamment à des fins publicitaires et statistiques afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Ok, tout accepter
Pour paramétrer les traceurs
Please check an answer for every question.
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations liées à votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse qui peuvent être combinées à d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueilli au cours de votre utilisation de leurs services.

TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosure)

En juin 2017, la TCFD (Task-Force on Climate-related Financial Disclosures) du Conseil de stabilité financière du G20 a publié ses recommandations finales en matière d’informations relatives au climat à communiquer par les entreprises. Ces recommandations comprennent des précisions additionnelles pour certains secteurs comme celui de l’énergie.

Après analyse du rapport final, Total a publiquement apporté son soutien à la TCFD et à ses recommandations au cours de l’été 2017, tout en soulignant qu’il revient aux entreprises de définir les informations relatives aux risques et opportunités liés au climat qui sont matérielles et qui devraient en conséquence figurer dans le rapport annuel, et les informations supplémentaires que les entreprises choisissent de publier de façon volontaire. Total estime également que la quantification des impacts de différents scénarios n’est pas nécessairement pertinente pour les investisseurs dans la mesure où les hypothèses retenues par différentes entreprises peuvent diverger fortement. Le Groupe considère que les entreprises ont un rôle majeur à jouer pour façonner la manière dont ces sujets vont évoluer et que les modalités d'application des scénarios et d’utilisation des indicateurs doivent encore être approfondies.

Total poursuit le dialogue en participant au Oil & Gas Preparer Forum mis en place par la TCFD à l’automne 2017 dans la perspective de la publication des bonnes pratiques applicables notamment au secteur pétrolier et gazier. Total a également rejoint l’initiative lancée par le WBCSD en décembre 2017 en signant le CEO Guide to Climate-related Financial Disclosures.

Total détaille ci-après la façon dont les recommandations de la TCFD sont prises en compte par le Groupe, selon les 4 piliers définis et entend mettre en œuvre une démarche d’amélioration continue dans ce domaine.
 

Gouvernance

Les enjeux climatiques sont pleinement intégrés dans la réflexion stratégique de Total et ont été pris en compte pour faire évoluer l’organisation du Groupe. L’ambition du Groupe de devenir la major de l’énergie responsable s’est traduite dans la mise en œuvre du projet One Total qui a donné lieu à une nouvelle organisation pleinement effective depuis le 1er janvier 2017 comprenant notamment :

  • un nouveau secteur d’activité, Gas, Renewables & Power, dont le directeur général est membre du Comité exécutif, qui porte l’ambition du Groupe dans les métiers bas carbone et de l’efficacité énergétique ;
  • un pôle Corporate Stratégie-Innovation qui comprend la direction Stratégie & Climat chargée de la prise en compte de la problématique du climat dans la stratégie du Groupe.

Supervision par le Conseil d’administration

Le Conseil d’administration de Total veille à ce que les enjeux climatiques soient pris en compte dans la stratégie du Groupe. Depuis 2008, ces enjeux, majeurs pour le Groupe, ne sont plus traités comme une composante des risques environnementaux mais de manière autonome.

Chaque année, le Conseil d’administration examine les enjeux liés au changement climatique lors de la revue des perspectives stratégiques des secteurs d’activité du Groupe, présentées par leurs directions générales respectives.

Le Comité d’audit mène en outre des travaux plus spécifiques relatifs aux processus d’élaboration des reporting climatique et environnemental à l’occasion de la revue des indicateurs de performance publiés par Total dans ses Rapports annuels et audités par un organisme tiers indépendant.

En 2016, le Comité des rémunérations a, en outre, décidé de faire évoluer les critères de la rémunération variable du président-directeur général pour mieux prendre en compte l’atteinte des objectifs en matière de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) et de HSE.

Enfin, en septembre 2017, le Conseil d’administration a décidé de modifier le règlement intérieur du Comité stratégique pour élargir ses missions au champ de la RSE et aux questions relatives à la prise en compte de l’enjeu Climat dans la stratégie du Groupe. Ce comité est désormais dénommé Comité Stratégie & RSE.

Le Conseil d'administration est pleinement mobilisé sur ce sujet pour accompagner le développement de TOTAL et a approuvé en mars 2016 la publication du premier Rapport climat.
Ce rapport est actualisé chaque année.

Rôle du management

Le président-directeur général de Total en accord avec les orientations stratégiques long terme définies par le Conseil d'administration, déploie la stratégie climat du Groupe.

La Direction générale s’appuie sur le directeur Stratégie-Climat, la personne hiérarchiquement la plus élevée dans l’organisation qui a la responsabilité au quotidien des problématiques liées au changement climatique. Cela inclut notamment l’élaboration de la feuille de route climat pour le Groupe, sa mise en oeuvre ainsi que la mise en place d’objectifs de réduction de l’empreinte carbone. Il rapporte directement au directeur Stratégie et Innovation qui est membre du Comité exécutif de Total : se reporter à l’organigramme du Groupe.

Le COMEX s’appuie sur les travaux du Group Risk Management Committee de manière à disposer d’une cartographie des risques climatiques auxquels le Groupe est exposé et à s’assurer que les dispositifs de gestion des risques en place sont efficients.

Par ailleurs, le Comité risques (CORISK) évalue préalablement à la présentation au COMEX des projets d’investissement, les risques et les enjeux climatiques associés (brûlage, émissions de gaz à effet de serre, sensibilité au prix du CO2).

Enfin, le directeur Climat anime le Comité de pilotage Climat-énergie qui comprend des fonctions transverses Holding et des représentants des directions Stratégie et HSE au sein des différents secteurs d’activité. La mission de ce comité est de structurer la démarche du Groupe en matière de climat et en particulier de :

  • développer et ajuster périodiquement la feuille de route climat-énergie du Groupe ;
  • proposer les objectifs que se fixe le Groupe (en matière d’efficacité énergétique, de réduction des émissions de GES, etc.) ;
  • suivre les évolutions des marchés de CO2 existants ou en construction ;
  • impulser/initier les feuilles de route technologiques sur ces sujets (efficacité énergétique, captage et stockage du CO2, par exemple).

Stratégie

Identification des risques et opportunités liés au changement climatique

Les risques et opportunités associés aux enjeux du changement climatique sont analysés suivant différents horizons de temps : courte échéance (jusqu’à 2020), moyenne échéance (jusqu’à 2030) et long terme (au-delà de 2030).

Comme indiqué dans le chapitre Gouvernance plus haut, l’identification des risques associés au changement climatique fait partie de l’analyse des projets d’investissements et leur impact est également étudié pour l’ensemble du portefeuille du Groupe. Ces risques sont présentés en détail dans le chapitre 3.1.2 « Risques industriels, environnementaux et liés aux enjeux climatiques » du rapport annuel 2017.

Le changement climatique présente également des opportunités pour Total :

  • Dans les prochaines décennies, la demande en électricité va croître plus vite que la demande globale en énergie et la contribution des renouvelables et du gaz pour la génération électrique est indispensable à la réussite du scénario 2°C. C’est un premier axe d’opportunité pour Total. L’accès à l’énergie et la production décentralisée en font partie ;
  • Cependant, l’électricité ne suffira pas à répondre à tous les besoins, notamment ceux liés au transport : le gaz et les biocarburants font partie des solutions que le Groupe souhaite développer ;
  • Accélérer le développement des technologies de captage, stockage et valorisation de CO2 (CCUS) crée des opportunités pour répondre au besoin de diverses industries (génération électrique, mais aussi cimenteries, aciéries, traitement des déchets etc.) ;
  • Des opportunités existent également dans l’accompagnement des clients, en matière de  déduction des dépenses énergétiques et d’impact environnemental, tendance accélérée avec le digital.

Total souhaite être innovant pour leur apporter de nouvelles offres de produits et de services qui permettront de les accompagner dans leurs choix énergétiques et dans leurs usages. Promouvoir des solutions hybrides combinant hydrocarbures et renouvelables relève de cette logique. De même, proposer des services d’optimisation de l’énergie pour des sites industriels. Le Groupe a pour ambition de développer cette approche pour l’industrie mais aussi pour la mobilité.

Impact des risques et opportunités liés au changement climatique

L’enjeu du climat est au coeur de la vision stratégique de l’entreprise qui est mise en oeuvre en prenant pour référence le Scénario Développement Durable (2°C) de l’Agence internationale de l’énergie.
Au-delà de la réorganisation du Groupe, l’impact des risques et opportunités liés au changement climatique se traduit principalement dans la stratégie-climat de Total autour des axes suivants :

1. Améliorer l’intensité carbone du mix de production d’hydrocarbures avec au moins 60% de gaz dans 20 ans :

  • développer une stratégie offensive pour le gaz, tout en limitant les émissions de méthane. En 2017, TOTAL a annoncé l’acquisition du portefeuille d'actifs de GNL d’Engie,
  • sélectionner et développer les projets d’hydrocarbures pour qu’ils soient positionnés parmi les plus compétitifs, dans le respect des meilleurs standards de sécurité et d’environnement (réduction de l’exposition dans les schistes bitumineux au Canada, pas de conduite d’activités d’exploration de champs pétroliers en zone de banquise arctique),
  • se développer dans les technologies de captage, stockage et valorisation du CO2 : jusqu’à 10% des investissements en R&D consacrés au CCUS et travaux menés au sein de l’OGCI (enjeux de commercialité, technologies de captage et capacités mondiales de stockage),
  • soutenir la mise en place de mécanismes de tarification du carbone : depuis 2008, Total incorpore dans les évaluations économiques de ses investissements un prix long terme du CO2 de 30 à 40 $/t selon le scénario du brut ou le prix en vigueur si plus élevé dans un pays donné,
  • arrêt des activités charbon depuis 2016.

2. Développer les activités bas carbone pour fournir de l’électricité. Total a l’ambition que les activités bas carbone qui concourent notamment à la production d’électricité constituent près de 20% de son portefeuille dans 20 ans. Cela inclut la chaîne aval gaz-électricité, les énergies renouvelables et le stockage de l’énergie. Total promeut également l’usage des biocarburants. Les objectifs sont les suivants :

  • poursuivre le développement des énergies renouvelables. Total s'est développé depuis 2011 dans le solaire à travers SunPower. Depuis 2016, l'acquisition de Lampiris concrétise la stratégie de développement d’activités de commercialisation de gaz et d’électricité. En 2017, la signature d’un accord avec EREN Renewable Energy poursuit cette démarche,
  • intégrer les métiers du stockage de l’énergie : l'acquisition de Saft Groupe en 2016 permettra d’intégrer des activités de solutions de stockage d’électricité, compléments indispensables à l’essor des énergies renouvelables,
  • développer les bioénergies : Total en est producteur depuis plus de 20 ans. Avec le démarrage de La Mède, le Groupe disposera d’une bio raffinerie de taille mondiale (500 000 t/an). Par ailleurs, Total a également créé une joint-venture avec Corbion Plastics (polymères de source renouvelable 100% biodégradable),
  • favoriser l’accès à l’énergie : depuis 2011, Total déploie une offre de lampes solaires abordables. L’ambition 2020 est de fournir de l’accès à l’électricité à 25 millions de personnes en Afrique.

3. Améliorer l’efficacité énergétique :

  • poursuite des efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les installations du Groupe,
  • apporter des solutions aux clients pour un usage responsable de l’énergie (acquisition de GreenFlex en 2017).

En parallèle de ces trois axes, Total s’engage activement sur ces sujets au sein d’organisations et d’initiatives internationales, notamment via l’OGCI qui a un programme de travail ambitieux pour ces prochaines années. L'OGCI Climate Investments est un fonds d’un milliard de dollars créé par les membres de l’OGCI, qui ont voulu s’engager ensemble concrètement pour le climat. Ils représentent 20% de la production mondiale de pétrole et de gaz et 10% de la production mondiale d’énergie. Ce fonds a été créé pour soutenir des projets et des technologies qui peuvent réduire les émissions de manière significative. La priorité sera donnée au captage, stockage et valorisation du CO2, ainsi qu’à la réduction des émissions de méthane mais aussi à l’efficacité énergétique.

Résilience de la stratégie de l’organisation

La stratégie du Groupe intègre les défis du changement climatique, en prenant pour référence le scénario Développement Durable (2°C) de l’AIE et son impact sur les marchés de l’énergie.

Le Groupe s’assure de la viabilité de ses projets et de sa stratégie long terme au regard des enjeux du changement climatique, en incorporant dans les évaluations économiques de ses investissements soumises au Comité exécutif un prix long terme du CO2 de 30 à 40 $/t (selon le prix du brut), ou le prix du CO2 en vigueur s’il est plus élevé dans un pays donné.

Les réglementations visant à limiter progressivement l’utilisation des énergies fossiles pourraient, selon les seuils d’émissions de GES et les horizons de temps fixés, affecter négativement et significativement le développement des projets, tout comme la valeur économique de certains actifs du Groupe. Les études internes menées par Total montrent qu’un prix long terme du CO2 de 40 $/t1 appliqué partout dans le monde aurait un impact négatif de l’ordre de 5% sur la valeur actualisée de l’ensemble des actifs (amont et aval) du Groupe2. Par ailleurs, la durée moyenne des réserves prouvées et probables du Groupe est d’environ 20 ans et la valeur actualisée des réserves prouvées et probables ayant une durée de vie supérieure à 20 ans est de moins de 10% de la valeur actualisée des actifs amont du Groupe.

Gestion des risques

Processus d’identification et d’évaluation des risques associés au changement climatique

Comme décrit dans le chapitre Gouvernance plus haut, les risques associés aux enjeux climatiques font partie des risques majeurs identifiés et analysés par le Group Risk Management Committee qui assiste le Comité exécutif. Par ailleurs, le Comité risques (CORISK) vérifie l’analyse des différents risques liés aux projets d’investissement avant soumission au Comité exécutif, notamment les risques liés aux enjeux climat.

Processus de gestion des risques associés au changement climatique

Les procédures de gestion des risques de Total sont décrites au point 3.4 « Assurance et couverture des risques » du rapport annuel 2017.
 

Intégration des risques climatiques dans la gestion globale des risques

Les risques associés aux enjeux climatiques sont l’un des risques majeurs identifiés et analysés par le Group Risk Management Committee et ils sont complètement intégrés aux processus globaux de gestion des risques de Total.

Indicateurs et objectifs

Indicateurs pour mesurer les risques et opportunité liés au changement climatique

Les indicateurs utilisés par Total pour mesurer sa performance en matière de changement climatique sont détaillés dans la partie Climat du site Sustainable Performance.

Émissions de GES et risques associés

Les émissions de GES de Scope 1 et 2 ainsi que les postes les plus significatifs du Scope 3 des émissions de GES de Total sont détaillés dans la partie Climat du site Sustainable Performance. Toutes ces données, ainsi que les risques associés, sont également rapportés annuellement au CDP et la réponse de TOTAL au questionnaire du CDP est publiée sur le site internet du Groupe (total.com).

Objectifs en matière de risques et opportunités liés au changement climatique

Les objectifs définis et les indicateurs utilisés par Total pour mesurer sa performance face aux enjeux du changement climatique sont détaillés dans la partie Climat du site Sustainable Performance.

 

1 À compter de 2021, ou le prix en vigueur dans un pays donné.
2 Sensibilité calculée pour un prix du brut de 60/80 $/b par rapport à un scénario de base qui intègre un prix du CO2 sur les zones déjà couvertes par des mécanismes de tarification du carbone.