En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou d’autres traceurs notamment à des fins publicitaires et statistiques afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
Ok, tout accepter
Pour paramétrer les traceurs
Please check an answer for every question.
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations liées à votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux et d'analyse qui peuvent être combinées à d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont recueilli au cours de votre utilisation de leurs services.

Impact sociétal et développement local

Enjeux sociétaux

empty.png
SDG-pas-de-pauvrete-01.jpg
f_sdg_icons-08.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-paix-justice-16.jpg
sdg-partenariats-17.jpg

Sur la base de ses valeurs et des principes formalisés dans son Code de conduite et sa Charte Sécurité Santé Environnement Qualité, Total place sa responsabilité sociétale au cœur de ses activités dans le cadre de son ambition de devenir la major de l’énergie responsable.

Si les activités du Groupe sont susceptibles de générer des nuisances et avoir des impacts négatifs sur les conditions de vie des communautés locales et des riverains, elles sont aussi source d’opportunités par le développement socio-économique qu’elles induisent. Dans le cadre de son engagement citoyen, le Groupe entend soutenir activement des initiatives locales et globales contribuant à une croissance économique plus inclusive et à un progrès global.

Dans ce contexte, le Groupe a identifié ses principaux enjeux en matière sociétale :
 
  • gérer les enjeux sociétaux en lien avec les opérations de façon responsable ;
  • favoriser le développement économique de ses territoires d’ancrage par l’emploi ;
  • s’engager en faveur d’initiatives citoyennes.

Pour contribuer à apporter des réponses concrètes aux enjeux sociétaux, en adéquation avec les multiples réalités rencontrées sur le terrain, les directions HSE et Engagement société civile de Total accompagnent les entités du Groupe dans leur démarche sociétale.

Gérer les enjeux sociétaux en lien avec les opérations de façon responsable

empty.png
SDG-pas-de-pauvrete-01.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-paix-justice-16.jpg

La démarche sociétale opérationnelle du Groupe dans les territoires où il est présent repose sur un processus structuré et mis en œuvre avec l’appui d’équipes dédiées :

Analyse des enjeux et du contexte sociétal

Préalablement au développement par le Groupe d’un projet industriel, des études d’état initial permettent en amont du projet, d’identifier les parties prenantes potentiellement affectées et de décrire et d’évaluer les principaux enjeux socio-économiques et culturels de la zone concernée. Elles sont complétées par des études d’impact sociétal qui évaluent et analysent les impacts sociétaux – réels et potentiels, positifs et négatifs, directs et indirects, à court, moyen et long termes, intentionnels ou non – du projet sur les parties prenantes. Elles couvrent des domaines tels que le contexte socioculturel, économique, foncier, et les services éco-systémiques. Sept études ont été réalisées en 2018 à l’Exploration-Production.

L’évaluation des risques et enjeux par le Comité risques (CORISK) préalablement à la présentation au COMEX d’un projet d’investissement prend en compte les aspects sociétaux.

Les normes internes attendent de toutes les entités et filiales du Groupe qu’elles réalisent et actualisent, au moins tous les cinq ans, l’évaluation de leur contexte sociétal en termes d’exposition pour l’entité ou la filiale et d’impact de ses activités sur ses parties prenantes, et notamment la sensibilité de l’environnement humain, social, économique, culturel, ainsi que les impacts sociétaux (y compris les droits de l’homme) liés à leurs opérations et à leur présence.

Élaboration d’une stratégie sociétale intégrée aux opérations

Pour être au plus près des enjeux locaux, chaque entité définit ses objectifs en matière sociétale à court et long terme et ses domaines d’action prioritaires en prenant en compte :

  • le respect du cadre réglementaire et contractuel ainsi que les standards internationaux applicables ;
  • les préoccupations et attentes des parties prenantes en matière sociale, économique et environnementale ;
  • l’évaluation du contexte sociétal en termes de risques et d’impacts ;
  • les engagements volontaires du Groupe vis-à-vis de la société civile.

Ces objectifs sont traduits dans un plan d’action opérationnel structuré autour de trois piliers :

  • dialoguer et impliquer les parties prenantes locales ;
  • éviter et réduire les impacts sociétaux des activités du Groupe ;
  • développer des initiatives au service des communautés locales et des riverains.

Mise en œuvre et suivi des actions et projets sociétaux

La démarche sociétale est intégrée aux opérations, via le système interne de management en matière d’hygiène industrielle, sécurité, sûreté, sociétale et environnementale. Les exigences internes concernant la gestion des parties prenantes et des impacts locaux sont formalisées dans une règle interne au Groupe applicable à toutes les entités opérées. Des guides et manuels ainsi qu’une communauté de pratiques, accessibles sur l’intranet du Groupe, permettent d’accompagner les entités dans la mise en œuvre de leur démarche sociétale opérationnelle.

Les équipes sociétales rattachées à la direction HSE et leurs correspondants au sein des entités du Groupe veillent à la mise en œuvre de ces exigences. Le volet sociétal est compris dans le périmètre des audits HSE qui donnent lieu à des recommandations pour renforcer la maîtrise des opérations. En cohérence avec les orientations stratégiques définies par la Direction générale, chaque entité et filiale réalise annuellement un autodiagnostic portant sur les activités qu’elle opère. Un reporting interne annuel permet de recenser l’ensemble des actions sociétales menées.

Outre les formations globales recouvrant l’ensemble des thèmes HSE, des formations spécifiques sont délivrées aux managers et opérationnels en charge du sociétal, telles que « Les bases de l’ingénierie sociétale » (7 sessions en 2018, avec 109 participants dont 49 au Nigéria) ou des modules de formations approfondies et spécifiques aux opérations de l’Exploration-Production (4 sessions en 2018, avec 32 participants).

Afin de structurer sa démarche sociétale, Total déploie depuis 2006 la méthodologie interne Stakeholder Relationship Management (SRM+), dont l’objectif est de faciliter la cartographie des parties prenantes et des enjeux sociétaux liés au contexte local et de s’engager sur un plan d’action permettant de construire une relation de confiance dans la durée. SRM+ a été déployé dans presque toutes les filiales. Le Groupe a également développé pour ses filiales Exploration-Production, l’outil MOST (Management Operational Societal Tool) qui est mis à leur disposition. Cet outil, intégrant un système d’information géographique, permet de gérer plus efficacement les relations avec les parties prenantes, les plaintes autour des sites, ainsi que les projets sociétaux et les actions spécifiques qui en découlent (accès à la terre, compensations, emploi).

Dialoguer et impliquer les parties prenantes locales

empty.png
SDG-pas-de-pauvrete-01.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-paix-justice-16.jpg
61063.jpg

Total met en place des démarches de dialogue basées sur l’écoute et l’implication des parties prenantes pour développer avec elles des relations constructives et transparentes. Pour les projets industriels développés par le Groupe, ce processus d’information, de consultation et de concertation débute très en amont des décisions d’investissement.

Conformément au référentiel Groupe, il est attendu de chaque entité et filiale du Groupe qu’elle mène pour les actifs, activités ou sites qu’elle opère, un dialogue régulier avec ses parties prenantes pour mieux comprendre leurs préoccupations et leurs attentes, mesurer leur satisfaction et identifier des axes de progrès pour la démarche sociétale de l’entité.

Sur la base de la cartographie des parties prenantes locales établie et régulièrement mise à jour dans le cadre de SRM+, il est demandé aux entités concernées d’engager un processus de dialogue structuré comme suit :

  • information sur les activités de l’entité susceptibles de générer des impacts et sur les actions de mitigation envisagées,
  • écoute des opinions, des préoccupations, des perceptions et des attentes, consultations publiques,
  • prise en considération des préoccupations et attentes dans les plans d’action mis en œuvre,
  • retour aux parties prenantes sur les actions entreprises et réalisées.

Conscient des spécificités des « Peuples autochtones et tribaux » (convention n° 169 de l’Organisation internationale du travail), Total a élaboré une charte spécifique sur les principes et lignes d’action directrices à adopter vis-à-vis des communautés qui se trouvent au contact de ses filiales. Cette charte encourage le recours à des experts pour identifier et comprendre les attentes et les spécificités de ces peuples, les consulter et contribuer à leur développement socio-économique.

À l’Exploration-Production, la démarche de dialogue est portée dans certaines filiales par des médiateurs appelés Community Liaison Officers (CLO) qui assurent les échanges entre l’entité et les populations environnantes. Employés par Total et issus des communautés locales dont ils parlent la langue et comprennent les usages, leur rôle est déterminant pour établir une compréhension mutuelle. Une attention particulière est portée aux populations les plus vulnérables. À titre d’illustration, en 2018, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le recrutement comme CLO d’une femme issue d’une tribu Pawaian résidant près du bloc PRL 15 a permis l’instauration d’un dialogue constructif avec l’implication des femmes dans ce processus.

Le Raffinage-Chimie a mis en place des structures de dialogue et d’échanges avec les parties prenantes locales (comme les Community Advisory Panels aux États-Unis ou des commissions locales spécifiques sur certaines plateformes européennes). En France, le site de Feyzin a fêté en 2018 les 10 ans de sa Conférence riveraine, qui permet une concertation trimestrielle avec les résidents de la zone, les associations et les autorités locales. Des journées portes ouvertes sont également organisées à l’occasion des inaugurations d’installations ou des anniversaires de sites comme par exemple sur les plateformes de Lindsey (Royaume-Uni), Port Arthur (États-Unis), Carling (France) et Anvers (Belgique). Ce sont des moments privilégiés pour maintenir le dialogue et construire une relation de confiance.

Maîtriser les impacts sociétaux des activités du Groupe

empty.png
SDG-pas-de-pauvrete-01.jpg
sdg-faim-zero-02.jpg
sdg-bonne-sante-03.jpg
sdg-eau-propre-006.jpg
sdg-travail-decent-08.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-paix-justice-16.jpg
51438.jpg

Les études d’impact sociétal menées en amont des projets industriels développés par le Groupe permettent d’identifier une typologie des impacts potentiels des activités sur les communautés et de mettre en place au niveau local un plan d’actions spécifique et adapté pour éviter, réduire ou compenser ces impacts.

EVITER, RÉDUIRE ET COMPENSER

Les plans d’actions couvrent généralement des thématiques communes précisées ci-après. Les actions engagées pour minimiser les impacts sont nécessairement adaptées au contexte local, aux parties prenantes impliquées, ainsi qu’à la typologie du projet. Dans tous les projets, une attention particulière est portée aux populations vulnérables afin de recueillir leur parole (femmes, minorités ethniques, peuples autochtones, etc.). À titre d’illustration, sont présentées ci-après certaines des actions mises en œuvre en 2018 :
 

Impacts et nuisances pour les communautés locales et les riverains

— En Mauritanie, afin d’éviter des accidents dans les zones de pêche, la présence de Fishing Liaison Officers a été prévue à bord des bateaux de tirage de lignes sismiques pour assurer le dialogue avec les pêcheurs durant la campagne sismique du bloc C7.
 

Impacts sur l’accès à la terre et à l’eau

— En Tanzanie, où 4 000 hectares de terrain et 200 villages vont être impactés à des degrés divers par le projet de pipeline sur 1 143 km, un important programme d’implication des parties prenantes est déployé par une équipe locale dédiée pour favoriser l’accès du plus grand nombre à l’information et la recherche de solutions différenciées prenant en compte les préoccupations et problèmes des différentes populations concernées (nomades, bergers, mineurs artisans).

— En Papouasie-Nouvelle-Guinée, où le droit foncier est coutumier, c’est-à-dire fondé sur les traditions orales ancestrales, une cartographie sociale et une identification des propriétaires terriens a été réalisée sur la zone du projet LNG PRL-15 conformément à la loi sur les développements pétroliers.
 

Impacts sur les activités socio-économiques (pertes économiques) et l’emploi

— En France, Carling et La Mède engagent des actions pour renforcer l’attractivité de leurs plateformes (voir aussi « Accompagner la réindustrialisation des plateformes du Groupe »).
 

Impacts sur les pratiques culturelles, religieuses et le patrimoine

— Au Liban, le projet d’exploration des blocs 4 et 9 intègre, dans sa phase d’étude préliminaire, une évaluation du potentiel archéologique sous-marin.

Gérer les plaintes des communautés riveraines

Le référentiel Groupe prévoit la mise en place de procédures opérationnelles de gestion des plaintes afin d’offrir aux riverains et aux communautés locales un canal privilégié, rapide et simple d’expression de leurs problèmes et réclamations. Le traitement de ces plaintes par les entités locales du Groupe permet d’apporter des réponses adaptées aux personnes qui estiment avoir subi un dommage résultant de l’activité et d’améliorer les processus internes pour réduire les nuisances ou impacts pouvant être occasionnés par les activités.

À l’Exploration-Production, un ensemble d’outils est à disposition des filiales notamment un modèle de procédure destiné à faciliter l’accès des communautés locales aux mécanismes de plainte. Ce modèle est conforme aux exigences des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. À titre d’illustration, au Sénégal, une campagne d’information sur la campagne sismique offshore du block ROP a été conduite auprès des pêcheurs des villages côtiers entre Dakar et Joal. L’existence et le fonctionnement du mécanisme de gestion des plaintes leur ont été expliqués. En Tanzanie, pour rendre plus accessible ce mécanisme et faciliter la mise en contact avec les équipes projet, des supports visuels, des panneaux d’information, des boîtes postales, un numéro d’appel gratuit et des bureaux de renseignements ont été installés dans les villages concernés.

Des systèmes de traitement des plaintes sont en place sur toutes les plateformes du Raffinage-Chimie certifiées ISO 14001. Les communautés riveraines sont largement associées à la recherche de solutions pour maîtriser les impacts liés aux activités du Groupe.

Au Marketing & Services, un guide de sensibilisation à la gestion des plaintes aide les filiales et sites opérationnels à mettre en place un système dédié et différencié du circuit des réclamations commerciales.

Développer des initiatives au service des communautés locales et des riverains

empty.png
SDG-pas-de-pauvrete-01.jpg
sdg-faim-zero-02.jpg
f_sdg_icons-03.jpg
f_sdg_icons-04.jpg
f_sdg_icons-05.jpg
sfg-energie-propre-007.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-partenariats-17.jpg

Fondée sur un dialogue constructif, l’implication des parties prenantes traduit la volonté du Groupe de nouer des relations de confiance et de long terme. Des partenariats avec les institutions et les organisations locales garantissent la pérennité des projets sociétaux. Dans toutes ses actions, Total coopère avec les autorités locales sans s’y substituer et collabore avec des ONG dotées d’une expérience de terrain.

Les projets répondent prioritairement à des enjeux locaux de développement et de solidarité et privilégient la coopération et le développement des compétences.
 

À l’Exploration-Production, les initiatives suivantes illustrent parmi d’autres la démarche suivie :

— en Papouasie- Nouvelle-Guinée, l’étude sociétale initiale ainsi que l’étude d’impact sur les droits de l’homme (HRIA) ont mis en évidence le caractère critique des problèmes de santé, en particulier chez les femmes pour lesquelles les taux de mortalité maternelle sont très élevés. Un partenariat avec l’agence gouvernementale NVS (National Volunteer Service) a permis de recruter deux travailleurs sociaux pour apporter leur aide aux populations dans les villages proches du bloc PRL 15 dont les conditions sanitaires sont très précaires. Des membres des communautés locales sont formés pour remplacer à terme les travailleurs sociaux et être embauchés par la Province du golf. Des centres de soin sont ainsi mis en service et en deux ans (2017- 2018), plus de 4 000 consultations ont été réalisées ;

— au Nigéria, Total a soutenu l’Agric Farm Project projet dédié aux communautés voisines d’OML 58, programme de recherche et d’introduction de nouvelles variétés de plante pour améliorer le rendement des productions agricoles locales ;

— Total Austral a lancé la première édition de l’opération Expertos en Seguridad (Experts Sécurité) dans les provinces de Neuquén et Tierra del Fuego avec la participation de cinq écoles proche des opérations de la filiale dans les villes d’Añelo et Rio Grande. Le programme de sensibilisation à la sécurité routière auprès des enfants, Total’s Road Safety Cube a été suivi par 756 enfants de 8 à 12 ans lors de 18 ateliers pédagogiques ;

— TEP Congo a inauguré un centre communautaire pour les populations vivant dans la localité de Djeno où se situe le terminal pétrolier opéré par Total. Ce centre comprend des installations sportives, un centre de conférence et une bibliothèque.
 

Au Marketing & Services, Total poursuit ses actions en France de lutte contre la précarité énergétique notamment par un soutien et un accompagnement des ménages modestes dans les travaux de rénovation thermique de leurs logements : le Groupe est engagé aux côtés de l’État et des autres fournisseurs d’énergie dans le programme Habiter Mieux, ainsi que dans le dispositif Coup de pouce économies d’énergie, lancé en février 2017.

En 2018, le Raffinage-Chimie a engagé plusieurs partenariats avec des établissements scolaires riverains. On peut notamment citer en France le partenariat conclu entre le site de SOBEGI (Lacq) et la Cité scolaire de Mourenx reposant sur des échanges constructifs et diversifiés (intervention de collaborateurs du site pour sensibiliser les jeunes à l’économie circulaire, accueil sur les installations industrielles d’une classe de terminale durant 3 semaines, accompagnement des élèves et Professeurs pour la participation aux Olympiades de la Chimie, organisation d’un concours de nez dans le cadre de l’année de la chimie).

Au sein de la branche Gas, Renewables & Power, une entité est dédiée au développement d’une offre d’accès à l’énergie à travers de solutions propres et à un prix abordable.

Accès à l’énergie
 
Lancée en 2011 dans quatre pays pilotes, l’offre de solutions solaires pour l’accès à l’énergie de Total est distribuée en 2018 dans 40 pays. À fin 2018, 2,7 millions de lampes et kits solaires ont été vendus, participant ainsi à l’amélioration du quotidien de 12 millions de personnes. Les canaux de distribution utilisés sont à la fois les réseaux traditionnels de Total (stations-service) et les réseaux dits last mile, construits avec des partenaires locaux afin d’apporter ces solutions dans les zones reculées. Des réseaux de revendeurs sont mis en place et des programmes économiques développés avec le support de partenaires externes pour recruter et former de jeunes revendeurs solaires.
 
Par ailleurs, en 2018, une dizaine de projets d’incubation ont été lancés avec des start-up dans les secteurs du nano grid et mini grid, du recyclage, des bornes wifi. Plus d’une vingtaine de partenariats commerciaux sont en outre déployés sur le terrain, avec des structures aussi variées que des organisations non gouvernementales, des agences de développement, des clients professionnels (distributeurs, clients grands comptes de Total, etc.), ou des organisations internationales.

 

Favoriser le développement économique par l'emploi

empty.png
f_sdg_icons-04.jpg
f_sdg_icons-08.jpg
sdg-industrie-innovation-09.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-villes-11.jpg
sdg-partenariats-17.jpg

Le Groupe construit une démarche globale intégrée de développement local (in-country value) qui met en synergie toutes les composantes créatrices de valeur pour les pays hôtes (emploi, sous-traitance, infrastructures, soutien aux industries locales, projets de développement socio-économique, éducation, accès à l’énergie, etc.) en valorisant le savoir-faire industriel du Groupe. Total promeut les actions contribuant à renforcer l’aptitude des individus et des organisations locales à organiser de façon autonome leur développement, dans une optique de durabilité, en privilégiant la co-construction et les partenariats avec des acteurs locaux.

Développer une démarche de création de valeur partagée

Le Groupe s’engage à renforcer le recours à l’emploi et à la sous-traitance locale dans le respect de ses contraintes opérationnelles. Des programmes de renforcement des compétences humaines et de soutien aux PME locales complètent cet engagement et conduisent non seulement à développer les capacités locales mais participent également à la diversification de l’économie des territoires où Total opère.

Afin d’assurer la cohérence dans le temps des plans d’actions de chaque projet, leur pérennité en phase de production et l’optimisation des moyens alloués, la démarche s’inscrit sur le long terme dans le cadre d’une stratégie industrielle locale avec pour objectif de maximiser l’impact pour le pays hôte mesuré en terme d’emplois créés. Cette stratégie est déclinée pour chaque grand projet industriel du Groupe à fort impact de contenu local, après le recensement de toutes les capacités industrielles et humaines et des risques associés et conduit à un plan d’actions spécifiques. Par exemple, un tel recensement a été mené en 2018 en Tanzanie dans le cadre du projet EACOP.

Ces plans d’actions permettent de structurer des filières techniques, notamment par le biais des parcours de formation, en renforçant les compétences humaines et de soutenir le développement économique des bassins d’emploi par le soutien aux PME locales et le recours à l’emploi local. À titre d’illustration, au Nigéria, sur le projet de FPSO pour le champ Egina, 77% des heures travaillées ont été effectuées par des locaux.

Accompagner la réindustrialisation des plateformes du Groupe

Au-delà des emplois générés par ses activités, le Groupe, en tant qu’industriel responsable, soutient les PME, essentiellement en France via sa filiale Total Développement Régional (TDR). TDR propose différents dispositifs contribuant à la création et au maintien d’emplois pérennes, tels que l’accompagnement financier à la création, au développement ou à la reprise de PME sous la forme de prêts ; l’aide au redéploiement industriel aux côtés des acteurs du développement local ; l’accompagnement à l’export et au développement à l’international. De 2016 à 2018, des prêts ont été octroyés à plus de 500 projets de PME pour un montant total supérieur à 30 millions d’euros et plus de 10 000 emplois soutenus.

Par ailleurs, le Groupe poursuit ses projets d’avenir pour les plateformes de Carling, La Mède et Lacq. Les Conventions Volontaires de Développement Économique et Social (CVDES) signées pour Carling et La Mède précisent les engagements du Groupe en matière de soutien aux PME et d’actions à caractère industriel.

Sur la plateforme industrielle de Carling (France), à la suite de l’arrêt du second vapocraqueur en 2015, Total conduit ce redéploiement industriel sans aucun licenciement et dans le respect de ses engagements contractuels vis-à-vis de ses clients et entreprises partenaires. Le Groupe a notamment mis en place un fonds de soutien aux entreprises sous-traitantes. Total a investi 190 millions d’euros afin de développer de nouvelles activités sur les marchés en croissance des résines d’hydrocarbures (Cray Valley) et des polymères.

Total s’est également engagé à développer une offre de services mutualisés sur la plateforme pour en accroître l’attractivité et soutenir l’implantation locale de nouveaux acteurs industriels.

  • Un premier projet industriel (société SNF Coagulants, 19 millions d’euros d’investissement et 25 emplois directs) s’est implanté en 2017.
  • La société Quaron, leader français de la distribution de produits chimiques, a confirmé en octobre 2018, sa décision d’implantation d’un nouveau site de distribution et de formulation de produits chimiques sur la plateforme (20 emplois industriels à terme).
  • Deux sociétés innovantes de biochimie : Metabolic Explorer a confirmé sa décision d’investissement (48 millions d’euros et 48 emplois directs) ; Afyren a finalisé son plan de financement (50 millions d’euros et 50 emplois directs) et entend ainsi lever les conditions techniques suspensives à son implantation sur la plateforme.

Total réaffirme ainsi sa responsabilité envers les bassins d’emploi dans lesquels il opère et sa volonté de maintenir un ancrage industriel fort et pérenne en Lorraine.

Le projet de reconversion de la raffinerie de La Mède (France), prévoyant un investissement initial de plus de 275 millions d’euros, est en cours pour créer la première bio-raffinerie française et un atelier de production d’Adblue(1), implanter une ferme solaire de 8 MW et mettre en place un centre de formation en partenariat avec l’IFP Énergies nouvelles. Ce projet s’effectuera sans aucun licenciement.

TDR accompagne les entreprises sous-traitantes et met en œuvre les engagements pris par le Groupe. En particulier, TDR a organisé, en sa qualité de membre qualifié de PIICTO (plateforme Industrielle et Innovation de Caban Tonkin), le Groupe de Travail Bio-industries de PIICTO, permettant de cibler le profil de nouvelles entreprises pouvant se mailler au tissu industriel de l’Etang de Berre. En 2018, il en a découlé un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) porté par la Métropole Aix Marseille Provence, visant à attirer des investisseurs dans les domaines de la transition et l’efficacité énergétique, les biocarburants durables et les bio-industries.

En octobre 2018, le groupe chinois Quechen a signé la promesse de bail à construction avec le Grand Port Maritime de Marseille pour une parcelle de 12 ha située au cœur de la plateforme de PIICTO et destinée à accueillir une usine de production de silice pour « pneus verts » (105 millions d’euros d’investissement et 130 emplois directs), représentant un investissement chinois majeur dans une nouvelle usine en France.

En 2018, le développement industriel de trois sociétés locales a également été soutenu financièrement par TDR avec 94 emplois à la clé.

Sur la plateforme de Lacq (France), une antenne de TDR, hébergée au sein du gestionnaire de plateforme Sobegi, renforce l’offre marketing plateforme et recherche et instruit des projets industriels tiers pouvant s’y implanter. En 2018, la nouvelle offre plateforme « the Lacq Advantage » a été lancée avec un site web dédié. Un groupe de travail associant la Chambre de Commerce et d’Industrie Pau-Béarn, le Groupement d’Intérêt Public Chemparc, la Communauté de Communes de Lacq-Orthez, Sobegi et TDR mène des actions de recherche d’investisseurs, en Europe et en Asie, avec l’appui de deux cabinets expert.

Un projet industriel de production de biogaz porté par la société Fonroche est en phase d’instruction avancée pour une implantation sur le bassin de Lacq.

(1) Additif carburant destiné au transport routier et permettant d’abaisser les émissions de composés d’oxydes d’azote (NOX).

Soutenir la création d’entreprise

À la suite du succès de la première édition du Challenge Startupper de l’Année par Total, lancée en 2015 dans 34 pays d’Afrique, l’édition 2018-2019, étendue à 55 pays, partout dans le monde soutiendra et récompensera en 2019 de jeunes entrepreneurs locaux ayant un projet ou une entreprise créée depuis moins de 2 ans, quel que soit le secteur d’activité. Les 13 100 projets complets et respectant le règlement, soumis à l’automne 2018 ont été évalués au regard de trois critères : leur caractère innovant ; leur impact social et sociétal ; leur faisabilité et leur potentiel de développement.

Un Grand Jury se réunira dans un second temps pour sélectionner six « Grands Gagnants » continentaux, parmi les vainqueurs de chaque pays. Dans la lignée de l’engagement du Groupe en faveur de plus de carrières féminines, l’édition 2018-2019 consacre un « Coup de cœur féminin » par pays pour soutenir les femmes entrepreneures. Ce prix spécial est complémentaire des autres prix.

Au-delà d’un challenge entrepreneurial, le Challenge Startupper 2018-2019 réaffirme la volonté de Total de soutenir le développement socio-économique des pays dans lesquels le Groupe est implanté à travers le monde. Il contribue localement au renforcement du tissu social, à travers l’appui apporté aux entrepreneurs les plus innovants, dans la réalisation de leur projet.

En parallèle de cette initiative, les secteurs et les filiales du Groupe soutiennent l’entreprenariat à travers des partenariats localement.

S'engager en faveur d'initiatives citoyennes

empty.png
f_sdg_icons-03.jpg
f_sdg_icons-04.jpg
f_sdg_icons-08.jpg
sdg-inegalites-reduites-10.jpg
sdg-villes-11.jpg
sdg-mesures-relatives-13.jpg
sdg-vie-terrestre-15.jpg
sdg-partenariats-17.jpg
71332.jpg

 

Partout où il est implanté, Total est aussi un acteur engagé dans la vie des territoires par des initiatives citoyennes. Elles prolongent et complètent les actions menées dans le cadre de ses activités économiques.

Le programme Total Foundation

Face aux enjeux sociétaux et à l’ampleur des défis environnementaux, le Groupe souhaite renforcer son action au service de l’intérêt général. Cet engagement s’inscrit dans son ambition de devenir la major de l’énergie responsable. Depuis 2017, une nouvelle politique d’engagement citoyen est en place en cohérence avec l'histoire du Groupe, ses valeurs et ses métiers afin de gagner en impact. Cette politique est en cours de déploiement à l’international afin que les actions envers les communautés s’y inscrivent progressivement.

Dans ce cadre, le programme Total Foundation recouvre les actions de solidarité menées chaque jour dans le monde par les sites, les filiales du Groupe et la Fondation d’entreprise. Le programme Total Foundation est principalement porté par la Fondation d’entreprise Total en France dont l’agrément a été renouvelé fin 2017 pour le quinquennat 2018-2022 avec un budget de 125 millions d’euros.

À travers ce programme, le Groupe et la Fondation d’entreprise souhaitent contribuer, aux côtés de leurs partenaires, au développement des territoires d’ancrage du Groupe. En privilégiant la jeunesse, le programme se concentre sur quatre axes : la sécurité routière, les forêts et le climat, l’éducation et l’insertion des jeunes, le dialogue des cultures et le patrimoine.

En 2018, les initiatives citoyennes du Groupe ont donc été progressivement réorientées en fonction de ces axes :

— Sécurité routière : pour une mobilité plus sûre au travers d’actions d’éducation des jeunes de moins de 25 ans ; de formation et sensibilisation de publics spécifiques et de soutien et de plaidoyer auprès des autorités pour mettre en œuvre des politiques de sécurité routière.
À titre d’exemple, en 2018, la Fondation d’entreprise Total en partenariat avec la Fondation d’entreprise Michelin a lancé VIA, un programme d’éducation à la sécurité routière. Grâce à une méthodologie innovante et interactive, il a vocation à sensibiliser les jeunes de 10-18 ans en les rendant force de proposition pour identifier les risques et changer les comportements. Le programme démarre par trois pilotes en France, au Cameroun et en Inde. La Fondation d’entreprise Total est également membre fondateur du Fonds des Nations Unies pour la Sécurité Routière afin de contribuer à atteindre l’objectif 3.6 des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies : diviser par deux le nombre de décès et de traumatismes liés aux accidents de la circulation.

— Forêts et climat : pour un environnement plus bénéfique à l’Homme au travers d’actions de stockage naturel de carbone par la préservation et la restauration des forêts, mangroves, zones humides et sols dégradés ; d’amélioration de la biodiversité et de la qualité de vie des communautés locales par la préservation et la restauration des écosystèmes sensibles ; de sensibilisation et de formation, en particulier auprès des jeunes, à la préservation de l’environnement.

À titre d’exemple, en 2018, trois nouveaux partenariats ont été lancés pour la préservation et la conservation des écosystèmes sensibles en France : avec l’Office National des Forêts pour la préservation des forêts publiques françaises et la protection de ces forêts contre les risques naturels ; avec le Conservatoire du Littoral pour la recherche de solutions basées sur la Nature face aux effets du changement climatique sur le littoral ; avec le Parc National de Port-Cros pour la restauration des forêts méditerranéennes incendiées et la gestion du risque incendie. La Fondation d’entreprise Total a également prévu de s’engager dans une tranche junior du fonds Land Degradation Neutrality, premier fonds mondial ayant pour mission de restaurer ou de réduire la dégradation des sols à grande échelle. Ce fonds a été créé en 2017 par la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification (CNULCD) et par Mirova, la société de gestion de Natixis dédiée à l’investissement responsable.

— Éducation et insertion des Jeunes : pour l’autonomie des jeunes en situation de fragilité sociale au travers d’actions d’accompagnement à la réussite scolaire et au développement personnel ; de développement de programmes de formation et d’insertion professionnelle, en particulier dans le domaine de l’industrie de soutien à l’entreprenariat.

À titre d’exemple, en 2018, afin de contribuer à l’autonomie des jeunes fragilisés socialement et à leur insertion professionnelle, la Fondation d’entreprise Total soutient en France le développement des Écoles de Production qui permettent aux jeunes d’apprendre un métier selon la pédagogie du « faire pour apprendre ». Elle accompagne l’association United Way-l’Alliance dans son programme « Défi Jeunesse » qui vise à créer les conditions d’un avenir professionnel choisi pour les jeunes issus des territoires prioritaires. Elle poursuit également son engagement aux côtés de Sport dans la Ville dont le Projet « Job dans la Ville » vise la formation et l’insertion professionnelle des jeunes. La Fondation d’entreprise Total poursuit en outre son soutien à « La Fondation La France S’engage » qui permet le développement de projets de l’économie sociale et solidaire innovants.

— Dialogue des cultures et patrimoine : pour l’ouverture culturelle et la valorisation des patrimoines au travers d’actions de préservation et de transmission du patrimoine architectural et culturel ; de soutien à la jeune création contemporaine et d’accès à la culture et d’éducation artistique et culturelle.

À titre d’exemple, en 2018, la Fondation d’entreprise Total a renouvelé pour trois ans sa convention avec la Fondation du Patrimoine pour le financement de chantiers de restauration patrimoniale qui favorisent l’insertion socio-professionnelle de jeunes et la vitalité des territoires. Elle soutient aussi de nombreuses initiatives d’éducation artistique et culturelle destinées à lutter contre les mécanismes de reproduction sociale et à élargir le champ des possibles des participants comme les programmes « Dix Mois d’École et d’Opéra » de l’Opéra National de Paris et « Démos » de la Philharmonie de Paris. Elle favorise également l’attractivité de ses zones d’ancrage et la valorisation de la création contemporaine en région par le soutien à des manifestations telles que Marseille Provence 2018.

Le programme d’engagement solidaire des collaborateurs

Depuis fin 2018, le Groupe a lancé le programme Action!, programme mondial d’engagement solidaire des collaborateurs du Groupe, à travers lequel Total donne à ses salariés le temps et les moyens d’agir davantage en faveur du développement de ses territoires d’ancrage. Il a ainsi vocation à permettre aux salariés volontaires de soutenir, sur leur temps de travail jusqu’à trois jours par an, ou en dehors de celui-ci, des projets de solidarité locaux relevant du périmètre du programme Total Foundation.