Skip to content
Please check an answer for every question.
Paramétrage des cookies

Total peut déposer les catégories suivantes de cookies : cookies pour les statistiques, la publicité ciblée et les réseaux sociaux. Vous avez la possibilité de désactiver ces cookies, ces paramètres ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.

L'activation de cette catégorie de cookies vous permet d'établir des statistiques de trafic sur le site. Leur désactivation nous empêche de surveiller et d'améliorer la qualité de nos services.
Notre site Web peut contenir des boutons de partage vers des réseaux sociaux qui vous permettent de partager notre contenu sur ces réseaux sociaux. Lorsque vous utilisez ces boutons de partage, un lien est établi vers les serveurs de ces réseaux sociaux et un témoin tiers est installé après avoir obtenu votre consentement.
L'activation de cette catégorie de cookies permet à nos partenaires d'afficher des annonces plus pertinentes en fonction de votre navigation et de votre profil client. Ce choix n'a aucune incidence sur le volume de publicité.

Création de valeur pour les territoires

Création de valeur pour les territoires

png vide 1x50px
Travail décent et croissance économique
  
  
  

Sur la base de ses valeurs et des principes formalisés dans son Code de conduite et sa charte Sécurité Santé Environnement Qualité, et en lien avec son ambition de devenir la major de l’énergie responsable, Total souhaite être un facteur de changement positif pour la société et y contribuer par ses actions sociétales.

A l’échelle nationale, les activités du Groupe sont créatrices de valeur dans les pays où il opère, et Total entend participer au développement d’opportunités économiques pour les territoires et les communautés. Au niveau local, les activités du Groupe peuvent être source d’opportunités pour les populations, mais également avoir un impact sur les conditions de vie des communautés locales et des riverains. Enfin, le Groupe s’engage en faveur de l’intérêt général afin d’agir sur des enjeux de société globaux.

Dans ce contexte, le Groupe a identifié ses principaux enjeux en matière de création et de partage de valeur :
  • favoriser le développement économique des territoires ;
  • gérer les enjeux sociétaux en lien avec les activités du Groupe ;
  • s’engager en faveur d’initiatives citoyennes.

Pour contribuer à apporter des réponses concrètes aux enjeux sociétaux, en adéquation avec les multiples réalités rencontrées sur le terrain, plusieurs directions au niveau du siège accompagnent les filiales du Groupe dans leur démarche sociétale.

Favoriser le développement économique des territoires

png vide 1x50px
ODD4
ODD8
ODD9
  

RENFORCER LE RECOURS À L’EMPLOI LOCAL ET SOUTENIR LA CRÉATION D’ENTREPRISE

Au-delà de sa contribution directe à la création d’emplois dans les pays dans lesquels le Groupe opère (se reporter à la section « emploi et inclusion sociale »), le Groupe s’engage à renforcer le recours à l’emploi et à la sous-traitance locale dans le respect de ses contraintes opérationnelles.

Chaque grand projet industriel du Groupe à fort contenu local fait l’objet d’une stratégie industrielle ayant pour objectif de maximiser l’impact pour le pays hôte mesuré notamment en termes d’emplois créés. Cette stratégie est basée sur le recensement de toutes les capacités industrielles et humaines locales et des risques associés qui conduit à des plans d’actions spécifiques. Ces plans d’actions permettent de structurer des filières techniques, notamment par le biais des parcours de formation qui renforce les compétences humaines et de soutenir le développement économique par le soutien aux PME et le recours à l’emploi local. À titre d’exemple, pour le projet Kaombo en Angola, en coopération avec la compagnie pétrolière nationale angolaise Sonangol, Total a eu recours à plus de 21 millions d’heures travaillées localement, au-delà de l’objectif initial de 13,5 millions d’heures, pour réaliser et assembler des équipements complexes. L’équivalent de 2 600 emplois ont été créés (en moyenne sur 2,5 années) avec un pic à plus de 4 000 emplois (hors emplois indirects et induits).

Par ailleurs, à travers un programme de challenge entrepreneurial, le Challenge Startupper de l’année, Total réaffirme sa volonté de soutenir le développement socio-économique des pays dans lesquels le Groupe est implanté. Il contribue localement au renforcement du tissu social, à travers l’appui apporté aux entrepreneurs les plus innovants, dans la réalisation de leur projet. À la suite du succès de la première édition lancée en 2015-2016 dans 34 pays d’Afrique, l’édition 2018-2019 a été étendue à 55 pays, partout dans le monde. Avec 13 100 dossiers déposés, elle a permis de récompenser 165 jeunes entrepreneurs locaux ayant un projet ou une entreprise créée depuis moins de deux ans, quel que soit le secteur d’activité et 55 femmes entrepreneurs ont reçu un prix coup de cœur féminin.

Pour la deuxième édition, six grands gagnants ont été conviés pour une formation d’une semaine dans les plus grands incubateurs parisiens et invités à participer à Vivatech (Paris) et One Young World (Londres), deux évènements internationaux autour de l’entrepreneuriat. Une troisième édition a été annoncée et devrait se tenir en 2021-2022.

Accompagner la réindustrialisation des plateformes du Groupe

En France, le Groupe soutient les PME via sa filiale Total Développement Régional (TDR). TDR propose différents dispositifs contribuant à la création et au maintien d’emplois pérennes, tels que l’accompagnement financier à la création, au développement ou à la reprise de PME sous la forme de prêts ; le soutien à l’implantation de projets industriels aux côtés des acteurs du développement local ; l’accompagnement à l’export et au développement à l’international. De 2017 à 2019, des prêts ont été octroyés à plus de 530 projets de PME pour un montant total supérieur à 30 millions d’euros et plus de 11 000 emplois soutenus.

Par ailleurs, Total met en œuvre une approche spécifique pour accompagner la conversion de ses sites industriels au travers de deux projets complémentaires menés en parallèle :

  • un projet d’avenir est porté par le secteur concerné en tenant compte d’une analyse de l’évolution des marchés. L’objectif est d’adapter l’outil industriel afin de redonner, sur le long terme, de la compétitivité aux sites industriels du Groupe ;
  • une Convention Volontaire de Développement Économique et Social (CVDES) est mise en œuvre pour accompagner le site et son écosystème (sous-traitants, parties prenantes, etc.) dans cette phase de mutation.

Sur la plateforme industrielle de Carling (France), à la suite de l’arrêt du second vapocraqueur en 2015, Total a conduit un projet d’avenir sans aucun licenciement et dans le respect de ses engagements contractuels vis-à-vis de ses clients et entreprises partenaires. Total a investi 190 millions d’euros afin de développer de nouvelles activités sur les marchés en croissance des résines d’hydrocarbures (Cray Valley) et des polymères. TDR a assuré la gestion d’un fonds de soutien aux entreprises sous-traitantes. TDR a également accompagné l’implantation de projets industriels qui bénéficient d’une offre de services mutualisés et d’une nouvelle gouvernance mise en place au sein de la plateforme.

La CVDES concernant le site de Carling a été clôturée en 2018 avec un engagement final de 12 millions d’euros de subventions. TDR s’est en outre engagé à accompagner ces projets industriels jusqu’au démarrage effectif des unités de production. Total réaffirme ainsi sa responsabilité envers les bassins d’emploi dans lesquels il opère et sa volonté de maintenir un ancrage industriel fort et pérenne en Lorraine.

La reconversion de la raffinerie de La Mède (France), prévoyant un investissement initial de plus de 275 millions d’euros, s’est concrétisée avec le démarrage, en juillet 2019, de la première bioraffinerie française et d’un atelier de production d’Adblue(1). Le site dispose également d’une ferme solaire de 8 MW qui a été mise en service en 2018 ainsi que d’un centre de formation OLEUM dont l’activité a démarré en 2017. Cette reconversion a été menée sans aucun licenciement.

La CVDES signée pour La Mède sur la période 2016-2019 a fait l’objet d’une prolongation pour 2020. TDR accompagne les entreprises sous-traitantes et met en œuvre les engagements pris par le Groupe. En 2018 et en 2019, sept projets industriels et un démonstrateur industriel pour 262 créations d’emplois programmées ont été soutenus financièrement par TDR.

Sur la plateforme de Lacq (France), une antenne de TDR, hébergée au sein du gestionnaire de plateforme Sobegi, recherche et instruit des projets industriels tiers pouvant s’y implanter. Un groupe de travail associant la Chambre de Commerce et d’Industrie Pau-Béarn, le Groupement d’Intérêt Public Chemparc, la Communauté de Communes de Lacq-Orthez, Sobegi et TDR mène des actions de recherche d’investisseurs, en Europe et en Asie, avec l’appui de deux cabinets experts.

 

(1) Additif carburant destiné au transport routier et permettant d’abaisser les émissions de composés d’oxydes d’azote (NOx).

Gérer les enjeux sociétaux en lien avec les activités du Groupe

png vide 1x50px
ODD1
ODD2
ODD7
ODD8
  
ODD11
ODD16
ODD17

Une démarche sociétale opérationnelle

Le Groupe intègre les enjeux sociétaux dans la conduite de ses opérations via son cadre de référence One MAESTRO (se reporter à la section « Santé et sécurité des personnes ») et met particulièrement l’accent sur la gestion des relations avec les parties prenantes et des impacts locaux. Accessibles sur l’intranet du Groupe et mis à jour en 2019, des guides et manuels, des tutoriels vidéos et une communauté de pratiques permettent d’accompagner les filiales dans la mise en œuvre de leur démarche sociétale opérationnelle adaptée aux spécificités locales des territoires et des communautés. Le référentiel Groupe définit un processus structuré dont les principales étapes sont :

  • l’analyse des enjeux et du contexte sociétal local ;
  • l’élaboration d’une stratégie sociétale intégrée aux opérations ;
  • la mise en œuvre et le suivi des actions et projets sociétaux.

Analyse des enjeux et du contexte sociétal

Préalablement aux décisions d’investissement, d’acquisition ou de cession, les projets présentés au Comité risques du Groupe sont évalués sous l’angle des enjeux sociétaux. Le développement d’un nouveau site industriel, nécessite des études d’état initial pour identifier, en amont, les parties prenantes potentiellement affectées, décrire et évaluer les principaux enjeux socio-économiques et culturels de la zone concernée. Elles sont complétées par des études d’impact sociétal qui évaluent et analysent les impacts réels et potentiels, positifs et négatifs, directs et indirects, à court, moyen et long termes du projet. Huit études ont été réalisées en 2019 dont sept à l’Exploration-Production et une à Integrated Gas, Renewables and Power (Bénin).

S’agissant du projet EACOP (East African Crude Oil Pipeline) en Ouganda et Tanzanie et du projet Papouasie-Nouvelle-Guinée, les études d’impact sont conduites dans le respect des standards nationaux et internationaux, en particulier ceux de l’IFC (International Finance Corporation) qui sont parmi les plus stricts en matières environnementale et sociétale. En novembre 2019, en Tanzanie, l’autorité de tutelle (Ministère de l’Environnement) a approuvé le rapport final de l’ESIA pour le projet EACOP qui avait commencé en janvier 2017.

Par ailleurs, le référentiel One MAESTRO du Groupe prévoit une évaluation du contexte sociétal local des filiales (sensibilité de l’environnement socio-économique et culturel y compris les droits humains). Cette évaluation doit être actualisée au moins tous les cinq ans. Elle repose en grande partie sur le dialogue avec les parties prenantes : autorités, communautés riveraines, acteurs business locaux ou société civile. Parmi les outils développés par Total, la méthodologie interne Stakeholder Relationship Management (SRM+) est déployée depuis 2006, dans la plupart des filiales du Groupe et progressivement dans les filiales récemment créées ou acquises.

ÉLABORATION D’UNE STRATÉGIE SOCIÉTALE INTÉGRÉE AUX OPÉRATION

Pour être au plus près des enjeux locaux, chaque entité définit ses objectifs sociétaux à court et long terme et ses domaines d’action prioritaires en prenant en compte :

  • le respect du cadre réglementaire et contractuel ainsi que les standards internationaux applicables ;
  • l’analyse des enjeux et du contexte sociétal en termes de risques, impacts et opportunités ;
  • les engagements volontaires du Groupe en matière d’initiatives citoyennes.

Ces objectifs sont traduits dans un plan d’action opérationnel structuré autour de trois piliers :

  • dialoguer et impliquer les parties prenantes locales ;
  • éviter et réduire les impacts sociétaux liés aux activités du Groupe ;
  • développer des initiatives pour générer un impact positif sur les communautés locales riveraines.

Mise en œuvre et suivi des actions et projets sociétaux

Les équipes sociétales rattachées à la direction HSE et leurs correspondants locaux apportent aux filiales opérationnelles leur expertise pour la mise en œuvre du référentiel One MAESTRO. Le volet sociétal est compris dans le périmètre des audits One MAESTRO qui donnent lieu à des recommandations pour renforcer la maîtrise des opérations. Par ailleurs, les filiales doivent réaliser annuellement une autoévaluation de leur démarche sociétale et un reporting interne annuel permettant de recenser les actions sociétales menées localement.

Outre les formations globales recouvrant l’ensemble des thèmes HSE, des formations spécifiques sont délivrées aux managers et opérationnels en charge du sociétal, telles que Les bases de l’ingénierie sociétale (2 sessions en 2019, avec 30 participants) ou des modules de formations approfondies et spécifiques aux opérations de l’Exploration-Production (2 sessions en 2019 au Nigéria, avec 20 participants).

Dialoguer et impliquer les parties prenantes locales

Dialogue

Total met en place des démarches de dialogue basées sur la concertation et l’implication des parties prenantes pour développer avec elles des relations constructives et transparentes.

Le référentiel One MAESTRO prévoit que les filiales doivent engager un processus de dialogue structuré et régulier avec leurs parties prenantes pour les informer, écouter et prendre en compte leurs préoccupations et leurs attentes, rendre compte des actions de mitigation ou de compensation, mesurer leur satisfaction et identifier des axes de progrès de leur démarche sociétale. Au Raffinage-Chimie, il existe des structures de dialogue avec les parties prenantes locales comme les Community Advisory Panels aux États-Unis ou des commissions locales spécifiques sur certaines plateformes européennes. Le Marketing & Services a développé des outils d’engagement des parties prenantes adaptés à la diversité de ses métiers (dépôts pétroliers, sites emplisseurs, usines lubrifiants, transport routier ou station-service) qui peuvent facilement être déclinés sur des territoires étendus comme par exemple, en 2019, en Afrique du Sud ou en Chine.

Conscient des spécificités des Peuples autochtones et tribaux (convention n° 169 de l’Organisation Internationale du Travail), Total a élaboré une charte spécifique sur les principes et lignes d’actions directrices à adopter vis-à-vis de ces communautés qui peuvent être impactées par ses activités. Cette charte encourage le recours à des experts pour identifier et comprendre les attentes et les spécificités de ces peuples, les consulter et contribuer à leur développement socio-économique. Cette approche s’inscrit également dans le respect des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme.

A l’Exploration-Production, la démarche de dialogue est portée dans certaines filiales par des officiers de liaison avec les communautés locales dont ils parlent les langues et comprennent les usages. Leur rôle est déterminant pour établir une bonne relation et porter une attention particulière aux populations les plus vulnérables afin de recueillir leur parole (minorités ethniques, peuples autochtones, femmes). En Tanzanie sur le projet EACOP, ils ont mené en 2019 plus de 2 800 réunions touchant plus de 50 000 personnes dans 226 villages et 533 hameaux. Différents outils et supports de communication sont utilisés pour diffuser de l’information sur les activités opérationnelles des filiales : réunions publiques, lettres d’information ou affichage dans les villages.

Un exemple des actions sociétales menées par Total en faveur des populations vulnérables

Maîtriser les impacts sociétaux des activités du Groupe

ÉVITER, RÉDUIRE ET COMPENSER

À la suite de l’analyse des enjeux et du contexte sociétal, les actions engagées par les filiales pour minimiser les impacts sont variées. A titre d’exemples en 2019 :

Impacts pour les communautés locales sur l’accès à la terre et à l’espace maritime

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, une étude d’impact environnemental et sociétal pour la partie amont du projet Papua LNG a été déposée, conformément à la réglementation, aux standards IFC et au référentiel du Groupe, auprès de la Conservation and Environment Protection Authority (CEPA) après une revue par un panel d’experts externes. Les questions liées à l’accès à la terre et à l’espace maritime ont fait l’objet d’une attention particulière.

Impacts sur les pratiques culturelles, religieuses et le patrimoine

La prise en compte du patrimoine archéologique s’opère de façon préalable à tout type de travaux en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des études d’évaluation du patrimoine archéologique et culturel ont été réalisées préalablement aux études géotechniques et géophysiques ainsi qu’aux travaux préparatoires en 2019. Ces études sont systématiquement soumises pour approbation au National Museum and Art Gallery.

En Tanzanie sur le projet EACOP, une équipe d’archéologues de l’université de Dar es Salam a accompagné les équipes pendant toute la durée des acquisitions géophysiques et géotechniques, donnant lieu à des ajustements des zones d’acquisition et des découvertes de fragments de poteries et silex inattendues et prometteuses pour les progrès des connaissances dans ces zones.
 

GÉRER LES PLAINTES DES COMMUNAUTÉS RIVERAINES

Conformément au référentiel One MAESTRO, les entités opérationnelles du Groupe déploient des procédures de gestion des plaintes afin d’offrir aux riverains et aux communautés locales un canal privilégié d’expression de leurs problèmes et réclamations. Le traitement local permet d’apporter des réponses aux personnes qui estiment avoir subi un dommage et d’améliorer les processus internes pour réduire les nuisances ou impacts pouvant être occasionnés par les opérations. Sur le périmètre de déploiement de One MAESTRO (se reporter à la section « périmètres et méthodologie de reporting »), 100% des sites du Raffinage-Chimie ont un dispositif opérationnel de gestion des plaintes. Le déploiement est progressif dans les autres secteurs du Groupe.

À l’Exploration-Production, en 2019, des démarches d’amélioration continue ont été menées comme par exemple en Bolivie pour réduire le délai de règlement des plaintes à moins de 30 jours pour des dossiers simples. Au Raffinage-Chimie, les riverains sont associés à la recherche de solutions pour maîtriser les impacts liés aux activités. Au Marketing & Services, un kit a été réalisé pour aider les filiales opérationnelles à mettre en place un traitement des plaintes distinct des réclamations commerciales.

Développer des initiatives socio-économiques au service des communautés locales

Les projets locaux répondent prioritairement à des enjeux de développement et de solidarité identifiés grâce à la concertation avec les communautés locales et privilégient la coopération et le développement des compétences.
 

PERMETTRE L’ACCÈS AUX BESOINS ESSENTIELS (ACCÈS À L’ÉNERGIE, À L’EAU, À LA SANTÉ…)

Le secteur Integrated Gas, Renewables & Power développe une offre d’accès à l’énergie à travers des solutions propres et à un prix abordable. Grâce à l’implication de 38 filiales du Groupe avec 37 000 personnes formées aux solutions et à la vente, 14,6 millions de personnes ont pu bénéficier du programme à fin novembre 2019.

Lancée en 2011 dans 4 pays pilotes, l’offre de solutions solaires pour l’accès à l’énergie de Total est distribuée dans 38 pays en 2019. En 2019, 3,3 millions de lampes et kits solaires – incluant la nouvelle gamme SUNSHINE de Total lancée en 2018 – ont été vendus en cumulé, participant à l’amélioration du quotidien de 14,6 millions de personnes. Les canaux de distribution utilisés sont à la fois les réseaux traditionnels de Total (stations-service) et les réseaux dits last mile, construits avec des partenaires locaux afin d’apporter ces solutions dans les zones reculées.

Par ailleurs, en 2019, une quinzaine de projets d’incubation sont développés avec des start-up dans les secteurs du nano grid et mini grid, du recyclage, des hydroliennes. Plus d’une vingtaine de partenariats commerciaux sont déployés sur le terrain, avec des structures aussi variées que des organisations non gouvernementales, des agences de développement, des clients professionnels (distributeurs, clients grands comptes de Total, etc.), ou des organisations internationales.

L’objectif du programme est d’impacter 25 millions de personnes d’ici 2025.

En France, Total poursuit ses actions de lutte contre la précarité énergétique, en accompagnement des ménages modestes dans la rénovation thermique de leurs logements aux côtés de l’État et d’autres fournisseurs d’énergie dans le programme Habiter Mieux (31,5 millions d’euros en 2019), ainsi que dans les dispositifs en faveur du logement social (4,6 millions d’euros en 2019).

De nombreuses contributions au développement humain sont engagées à l’Exploration-Production en 2019. En République du Congo, des cours d’alphabétisation ont été dispensés aux habitants du quartier de Djeno pour leur permettre d’obtenir un niveau élémentaire en français et faciliter l’accès à l’emploi notamment sur le terminal pétrolier voisin opéré par Total. Depuis le lancement, 436 personnes (dont près de 60 % de femmes) ont déjà bénéficié de ces cours. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, un programme de recensement national a été mis en place en partenariat avec les autorités (PNG Civil & Identity Registry). La première campagne a permis d’enregistrer 7 500 personnes à qui des cartes d’identités seront distribuées.
 

CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT DES COMMUNAUTÉS LOCALES

A l’Exploration-Production, au Nigéria, le projet OML 58 soutient le développement de microentreprises agricoles : 625 pisciculteurs et 300 éleveurs de volailles ont reçu en 2019 une donation d’animaux et de nourritures afin d’accroitre leur production et ainsi passer de façon autonome au-dessus du seuil de pauvreté. En Bolivie, Total soutient, en partenariat avec l’association des producteurs de miel Adapicruz et l’ONG de développement SNV, des actions de formation auprès de 30 producteurs, la fourniture de matériel et la promotion de cette activité économique auprès des jeunes.

S’engager en faveur d’initiatives citoyennes : le programme Total Foundation

png vide 1x50px
ODD3
ODD4
ODD8
  
ODD11
ODD13
ODD14
ODD15
ODD17

Au-delà de la réponse apportée par Total aux attentes directes des populations en lien avec ses opérations, le Groupe souhaite participer dans les pays où il opère à des actions locales répondant à des enjeux sociétaux globaux. économiques.

Le programme Total Foundation

Summer school

Face à la croissance des inégalités et à l’ampleur des défis environnementaux, le Groupe a souhaité renforcer son action au service de l’intérêt général et du développement de ses territoires d’ancrage en privilégiant les actions en faveur de la jeunesse. Ainsi, en 2017, il a souhaité structurer ses actions dans le cadre du programme Total Foundation qui recouvre les actions de solidarité menées chaque jour dans le monde par les filiales du Groupe et celles conduites par sa Fondation d’entreprise.

Le programme Total Foundation se concentre sur quatre axes d’intervention : l’Éducation et l’Insertion des jeunes, la Sécurité routière, les Forêts et le Climat, le Dialogue des cultures et le Patrimoine.

Dans le cadre de Total Foundation, le Groupe et sa Fondation d’entreprise agissent en partenariat avec tous les acteurs d’un territoire (associations, pouvoirs publics, entreprises, experts, etc.) afin de proposer des réponses adaptées aux besoins. Au-delà du soutien financier, ils souhaitent élargir leur champ d’action et développer de nouveaux modèles durables d’intérêt général en expérimentant des projets d’innovation sociale. Leur contribution passe aussi par l’accompagnement des partenaires et par le mécénat de compétences. Depuis 2018, le programme Action! permet par exemple aux salariés de Total de consacrer jusqu’à trois jours par an de leur temps de travail à des projets de solidarité. À fin 2019, Action! était déployé dans 25 pays.

Le programme Total Foundation contribue ainsi aux Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, en particulier à la réduction des inégalités (ODD 10), à l’autonomie des jeunes (ODD 4) et à l’action collective (ODD 17).

 

Infograhie Total Foundation

Quatre axes d’intervention

Le programme Total Foundation s’articule autour de quatre enjeux sociétaux, en cohérence avec l’histoire, les valeurs et les métiers du Groupe.
 

ÉDUCATION ET INSERTION DES JEUNES

L’insertion professionnelle des jeunes constitue un véritable défi sur tous les continents. Le premier axe du programme Total Foundation vise à développer l’accès à l’autonomie des jeunes et plus particulièrement ceux en situation de fragilité sociale au travers d’actions d’accompagnement et d’orientation ; de formation, en particulier dans le domaine de l’industrie ; et d’insertion dans le monde du travail.

Dans ce cadre, à titre d’exemple en 2019, la première pierre du campus de l’industrie du futur, L’INDUSTREET, a été posée à Stains en région parisienne. Ce centre de formation aux nouveaux métiers de l’industrie dispensera des formations gratuites et proposera une pédagogie innovante à des jeunes qui n’ont pas trouvé leur place dans le système éducatif traditionnel. À terme, il accueillera 400 jeunes de 18 à 25 ans.

La Fondation d’entreprise Total poursuit son soutien aux Écoles de Production qui permettent aux jeunes d’apprendre un métier selon la pédagogie du « faire pour apprendre ». Cinq nouvelles écoles ainsi soutenues ont ouvert en 2019.

Total soutient également les quatre lycées Eiffel en Angola qui dispensent gratuitement un enseignement de qualité à des jeunes en situation de fragilité sociale.
 

SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Les accidents de la route sont la première cause de mortalité des jeunes dans le monde. Le deuxième axe du programme Total Foundation vise à agir pour une mobilité plus sûre par l’éducation des jeunes ; la formation et la sensibilisation des chauffeurs ; le soutien des politiques de sécurité routière.

Dans ce cadre, à titre d’exemple en 2019, la Fondation d’entreprise Total a poursuivi le déploiement du programme VIA de sensibilisation des jeunes par des méthodes interactives et innovantes, au Cameroun, en France, en Inde, en Roumanie et au Myanmar.

Elle a noué un partenariat avec l’ONG YOURS pour l’organisation de l’Assemblée Mondiale de la Jeunesse pour la Sécurité Routière de février 2020 à Stockholm afin de contribuer à l’objectif 3.6 des ODD : diviser par deux le nombre de victimes d’accidents de la circulation.

La Fondation d’entreprise Total a également signé un accord de partenariat avec la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) pour apporter sa contribution financière au Global Road Safety Facility dont l’objectif est de développer les compétences des autorités sur la collecte et l’analyse de données routières dans le cadre de la création de l’Observatoire Africain de la Sécurité Routière.
 

FORÊT ET CLIMAT

Le réchauffement climatique est un enjeu majeur pour l’humanité, la biodiversité et les équilibres socio-économiques. Le troisième axe du programme Total Foundation vise à agir pour la préservation des écosystèmes sensibles au travers d’actions de stockage naturel du carbone ; d’amélioration de la biodiversité et de la qualité de vie des communautés locales ; de sensibilisation des jeunes à la préservation de l’environnement.

Dans ce cadre, à titre d’exemple, les partenariats initiés en 2018 par la Fondation d’entreprise Total se sont poursuivis en 2019 en France, avec l’Office National des Forêts ou avec le Réseau École et Nature. En 2019, de nouveaux partenariats ont été lancés pour la préservation et la conservation des écosystèmes sensibles :

  • avec AGROPOLIS Fondation pour identifier les pratiques agricoles durables en France, au Sénégal, au Kenya et au Zimbabwe afin d’améliorer la fertilité des sols et d’identifier les pratiques agricoles durables (enjeux de sécurité alimentaire) mais également de favoriser le stockage de carbone dans les sols (enjeux liés au changement climatique) ;
  • avec l’OHMI (Observatoire Homme Milieu International) de Tessékéré pour soutenir le programme de la Grande Muraille Verte (lutte contre la désertification en région subsahélienne) par des actions de recherche et de plantation au Sénégal et au Burkina Faso.
     

DIALOGUE DES CULTURES ET PATRIMOINE

La diversité culturelle est un moteur de paix et de prospérité. Le dernier axe du programme Total Foundation vise à agir pour la valorisation des patrimoines et l’ouverture culturelle des jeunes au travers d’actions pour préserver le patrimoine ; soutenir la jeune création contemporaine ; favoriser l’accès à l’éducation culturelle et artistique.

Dans ce cadre, à titre d’exemple en 2019, Total s’est engagé, dans le cadre du partenariat historique de sa Fondation d’entreprise avec la Fondation du Patrimoine, à consacrer 100 millions d’euros à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

La Fondation d’entreprise Total soutient des initiatives destinées à lutter contre les mécanismes de reproduction sociale comme Démos de la Philharmonie de Paris. Elle soutient également des manifestations valorisant la création contemporaine en région telles que Gigantisme à Dunkerque, la Biennale d’Art Contemporain de Lyon ou Traversées à Poitiers.

odd